ALERTE CORONAVIRUS : En raison de sa spécialité, le cabinet reste ouvert pendant le confinment !
  • 08
    Avr

    Féminicide de Nathalie Debaillie : la famille porte plainte contre la police

    https://www.avocat-steyer.fr/feminicide-de-nathalie-debaillie-la-famille-porte-plainte-contre-la-police/
    catégories revue de presse
    Commentaires fermés sur Féminicide de Nathalie Debaillie : la famille porte plainte contre la police

    En 2019, Nathalie Debaillie se rend plusieurs fois au commissariat de Lille pour signaler le comportement dangereux à son égard de son ex-compagnon, qui ne supporte pas la séparation. La police ne réagit pas. Durant le mois de mai, elle est tuée par Jérôme Tonneau à La Madeleine.

    Interview pour France 3 région du 8 avril 2021.

    En 2019, Nathalie Debaillie fut l’une des 146 femmes tuées par leur compagnon (ou ex) en France. Ou, en réduisant le spectre, l’une des huit victimes dans le Nord cette année-là, selon une étude nationale relative aux morts violentes au sein du couple menée par le ministère de l’Intérieur.

    A plusieurs titres, sa mort, et les conditions de celle-ci, sont symboliques des féminicides. Comme dans la majorité des cas, son ex-compagnon, qui supportait mal la séparation voulue par Nathalie Debaillie, a utilisé une arme blanche. Pour Jérôme Tonneau, 53 ans à l’époque des faits, ce sera un cutter.

    Le 31 mars, Me Isabelle Steyer, l’avocate du frère de la victime, Nicolas Debaillie, a déposé une plainte auprès du ministère de l’Intérieur pour faire constater ce qu’elle estime être des infractions déontologiques de la part des policiers du commissariat de Lille. En remontant le fil de l’affaire, l’incompréhension règne quant au comportement de ces fonctionnaires, tout au long des mois précédant le drame.

    “Avant sa mort, Nathalie Debaillie a déposé une plainte et trois mains courantes, dans laquelle elle décrivait tout ce qu’elle subissait, preuve à l’appui”, explique l’avocate. Le 6 février 2019, soit 3 mois avant la mort de Nathalie, celle-ci quitte Jérôme. “Il a immédiatement une mauvaise réaction, il lui dit : «non tu ne me quittes pas», raconte son frère.

    Ensuite viennent les menaces. L’ex parle de l’enlever, de la placer dans un coffre de voiture et de la séquestrer. Il le fait savoir autour de lui. “Non seulement il voulait la tuer mais il le disait avec un sentiment d’impunité total”, explique Nicolas Debaillie qui ajoute : “il lui a envoyé une photo d’une pierre tombale”.

    Finalement c’est elle qui est convoquée pour répondre d’un vol fictif de portable

    Rapidement donc, les preuves matérielles s’accumulent d’autant que la future victime consigne tout sur son ordinateur (SMS, appels, photos). 8 jours après la rupture, Nathalie Debaillie se rend une première fois au commissariat de Lille. Seule une main courante est déposée. Les jours suivants, la menace se rapproche. Jérôme Tonneau harcèle son ex-compagne, tente de la saisir sur le parking de son lieu de travail, elle lui échappe in extremis en montant dans l’ascenseur.

    Nathalie tente à nouveau de faire connaître son cas aux forces de l’ordre. Encore, seule une main courante est déposée. “Peut-être que ma soeur a été découragée dans sa volonté de déposer plainte par les policiers. Une main courante, c’est plus facile à traiter”, estime Nicolas. Finalement le troisième rendez-vous sera le bon, une plainte est finalement déposée. Malgré cela, rien n’est fait pour tenter d’arrêter le futur meurtrier. Nathalie souhaite qu’une patrouille passe devant son domicile pour la protéger. La demande n’aboutira jamais.

    Non, celle qui doit répondre de ses actes, selon les policiers, c’est Nathalie Debaillie. Cinq jours avant sa mort, elle est convoquée à ce même commissariat. Les policiers l’interrogent : son ancien compagnon l’accuse de lui avoir volé un téléphone portable en 2017. “Pendant la relation, il lui avait offert un portable. Dans le cadre de la rupture, il lui demande de le récupérer. Lui arrive à faire convoquer ma soeur au commissariat pour cette histoire. On lui demande même des explications”, explique le frère de la victime. Le conseil de Nicolas Debaillie se désole : “son ex s’est présenté au commissariat pour cette histoire de portable alors même que la plainte pour menaces de mort avait déjà été déposée. Il n’a même pas été interrogé à ce moment-là”.

Les Commentaires sont fermés