• 07
    Mar

    Chronique de trois morts annoncées… Quand la justice choisit le moindre coût

    https://www.avocat-steyer.fr/violences-faites-aux-femmes-justice/
    par
    catégories blog
    Commentaires fermés sur Chronique de trois morts annoncées… Quand la justice choisit le moindre coût

    La Voix du Nord publie sur son site internet un article où on nous parle de violences faites aux femmes et plus précisément du dossier d’Isabelle.

    Dossier dans lequel l’incapacité des professionnels, leur manque de courage et la méconnaissance des comportements typiques des violences faites aux femmes ont été le terreau de ce triple assassinat.

    En tant qu’avocate dans le dossier il m’a été donné de participer à cet article sur le Triple homicide de Grande-Synthe en 2014.

    1) La disqualification juridique des violences faites aux femmes

    Isabelle s’est présentée dans un commissariat pour dénoncer une strangulation accompagnée d’autres violences graves.

    Ces faits constituent une tentative de meurtre.

    Ces faits sont d’autant plus graves que, par expérience, un homme qui tente d’étrangler son épouse ou sa compagne, est un homme dangereux.

    Cette remarque pourrait être d’une grande banalité si l’on n’avait pas dégagé des critères de dangerosité.

    S’attaquer à une partie vitale de sa compagne délibérément constitue le critère de dangerosité numéro 1.

    Or, ces faits ont été, comme à l’accoutumé, requalifiés en violence ayant entraîné une ITT de moins de 8 jours.

    Le parquet a déféré l’agresseur, c’est à dire qu’à l’issue de la garde à vue le procureur à demandé aux policiers d’amener devant lui l’agresseur pour lui dire qu’il envisageait une mesure privative de liberté.

    Pour cela, après avoir rencontré le procureur, il a rencontré le juge des libertés et de la détention qui lui a interdit de rencontrer son ex compagne.

    2) l’incapacité à analyser le danger

    Or, dès sa sortie du palais de justice, il a continué à la poursuivre, à la guetter, à lui téléphoner et à lui envoyer des SMS.

    Elle a déposé 4 Mains courantes.

    Le danger était maximum.

    Les spécialistes de la violence conjugale le savent.

    Quand on est confronté à un scénario aussi verrouillé, seule la justice peut sauver la victime.

    Tous les clignotants étaient au rouge.

    La justice choisit et je le dis haut et fort, la justice choisit le moindre coût.

    Sauver une victime c’est…

    • lui trouver un logement en urgence
    • la muter en urgence.
    • placer en détention l’homme violent
    • a l’issue de sa peine le faire suivre par un juge d’application des peines.
    • assurer à la victime un suivi psychologique et la faire aider par une équipe.

    Tout cela a un coût élevé.

    La société française a décidé de ne pas le faire.

    Que se passe t il alors?

    La victime est traquée.

    Elle fuit de chez elle.

    Elle se réfugie chez ses parents.

    Elle se cache et vit dans la peur.

    Elle ouvre les portes des commissariats et personne n’accorde d importance à ses mots.

    Elle repart encore plus abîmée.

    Elle est suivie épiée et traquée textoter et smsee par un fauve qui l’attend au coin de la rue.

    Il a quadrillé le quartier, et attend qu’elle sorte.

    Le scénario est tellement théâtralisé qu’il démontre la volonté de tuer.

    Alors signez la pétition !

     

    23/03/2016 Ajouts à l’article

    EDITION DU 20/03/16 – PART 1 | 64′ LE MONDE EN FRANÇAIS – 1RE PARTIE | TV5MONDE+

    (vous pourrez m’y voir à partir de 15:40)

    violence-femmes-tv5monde

     

    Article du Nouvel Obs : Ma soeur et mes parents ont été abattus. L’État n’a rien fait, je porte plainte

    Article du Parisien : Chronique de trois morts annoncées

    Le France Bleu : Triple homicide de Grande-Synthe : la sœur et fille des victimes attaque l’Etat

    Article publié dans le Closer

    closer-violence-conjugale

    cliquer sur l’image pour affichage plein écran

    Source des images : lavoixdunord.fr

     

Les Commentaires sont fermés