Ouvrages littéraires auxquels Me Isabelle Steyer a participés 

L-emprise-et-les-violences-au-sein-du-couple

L'emprise et les violences au sein du couple

Cet ouvrage a pour vocation d’éclairer les enjeux critiques de l’usage de la notion d’emprise au sein du couple au regard des violences qui sont susceptibles d’y être commises. L’emprise amoureuse qu’exprime le romantisme ou les traités de séduction, l’emprise joyeuse ou les liens d’attachements réciproques ne sont malheureusement pas son objet. C’est de l’emprise sociale et interpersonnelle dont il s’agit. De celle qui empêche d’être soi, détruit l’estime de soi et aliènent jusqu’à la perte de soi. Une grammaire qui se conçoit dans une anthropologie des violences physiques et psychologiques dont les femmes sont les premières victimes.

Un regard juridique et pluridisciplinaire sur un sujet essentiel

gynophobie

Ensemble contre la gynophobie

Le livre et l’association ont pour objectif de faire émerger le mot « gynophobie », de créer un mouvement mondial afin de qualifier et de dénoncer tous les actes de gynophobie. Partenariat avec ELLE.

Lisa Azuelos est la présidente de l’association. Très engagée dans la lutte pour le droit des femmes, elle fut l’instigatrice en France du mouvement «Bring back our girls» et aux Etats-Unis de celui de «Free the nipple». Elle a réalisé le film 14 millions de cris condamnant les mariages forcés pour le 8 mars 2014. C’est à la suite de cette action qu’elle s’est aperçu qu’il manquait un mot dans la langue française.

Elle est également réalisatrice à succès (Comme t’y es belle, LOL, Une Rencontre.), productrice et scénariste.

droits-des-femmes-face-aux-violences

Les droits des femmes face aux violences

La France s’est dotée ces dernières années d’un arsenal législatif très complet permettant de mieux protéger les femmes face aux violences sexistes et sexuelles.

De la verbalisation du harcèlement de rue à la saisie des armes du conjoint violent, de l’allongement des délais de prescription pour viols sur mineurs aux bracelets d’éloignement des hommes violents, de la levée du secret médical pour les médecins de femmes victimes de violences à la pénalisation du cyberharcèlement en meute, de la création de l’agissement sexiste au travail à la multiplication des ordonnances de protection, les textes de loi ont profondément évolué.

Dans le sillage de #metoo et suite au Grenelle des Violences conjugales organisé par Marlène Schiappa, la société toute entière se mobilise désormais pour sauver les vies de « Ne Rien Laisser Passer ».

Chaque chapitre répertorie méthodiquement les articles de lois contre les violences sexistes et sexuelles, mais fait aussi appel à des associations féministes, des professionnels du droit des femmes, de la justice ou des forces de l’ordre, pour maîtriser l’ensemble des outils et les mettre à disposition des lecteurs et lectrices.

Qu’il s’agisse du harcèlement sexuel dans la rue, des violences conjugales à la maison ou des violences sexistes au travail, ce livre permettra à toutes les femmes de connaître et faire valoir leurs droits pour se défendre et se protéger.

le-parcours-judiciaire

Les droits des femmes face aux violences

Les enfants marqués par les violences subies sont fragiles. De nos jours, ils sont considérés comme des victimes que le Droit doit protéger.

Or, les procédures judiciaires, prévues pour des adultes, s’apparentent parfois à une véritable maltraitance. Comment éviter qu’aux traumatismes de l’agression ne s’ajoute celui de la judiciarisation ? Comment éviter qu’un enfant victime ne se retrouve dans le box des accusés comme dans le procès d’Outreau ? Comment amener un enfant violenté et trahi par des adultes – parfois ses propres parents – à se retrouver en confiance face aux magistrats qui vont l’interroger lors du procès contre son agresseur ?

Pour édicter des mesures appropriées, il faut comprendre la souffrance de l’enfant, rechercher les conditions propres à l’apaiser et voir si elles sont compatibles avec les principes du droit en vigueur. Cet ouvrage réunit tous les acteurs impliqués : médecins (pédiatre, pédopsychiatre, psychiatre, psychanalyste), magistrats, avocats, administrateur ad hoc et la Défenseure des enfants. Ils confrontent leur réflexion dans le but de mieux protéger l’enfant au cours de son parcours devant les tribunaux.

viol-conjugal

Le viol conjugal : un crime comme les autres ?

Selon des représentations bien ancrées dans les esprits, le viol est commis dans un lieu isolé par un inconnu violent et armé. Pourtant en France, 9 fois sur 10, la victime connaît l’agresseur et dans ce cas une fois sur deux, le violeur est le conjoint ou un ex-conjoint. Depuis longtemps, le viol est considéré en France comme un crime. Le viol conjugal faisait exception. Le mari avait le droit d’avoir des rapports sexuels avec sa femme, y compris contre la volonté de cette dernière et par la force. Depuis la loi du 4 avril 2006, le code pénal reconnaît le viol entre conjoints comme un viol aggravé. Pourtant, les victimes portent rarement plainte et lorsqu’elles le font, les affaires sont souvent jugées, non pas en cour d’assises comme tous les crimes, mais au tribunal correctionnel. Le viol conjugal est occulté par son invisibilité, lorsqu’il a lieu entre les murs d’un domicile commun. Comme les autres violences sexuelles, il laisse peu de traces visibles : ni bleu, ni plaie. Le viol conjugal, crime du quotidien, est à l’opposé du fait divers.
Peu propice aux raccourcis accrocheurs, le sujet est éclairé par les contributions d’un collectif multidisciplinaire associant médecins, psychologues, sociologues et juristes. Ce livre montre l’urgence d’un infléchissement des pratiques judiciaires.

cours-petite-fille-metoo

Cours petite fille !

Selon des représentations bien ancrées dans les esprits, le viol est commis dans un lieu isolé par un inconnu violent et armé. Pourtant en France, 9 fois sur 10, la victime connaît l’agresseur et dans ce cas une fois sur deux, le violeur est le conjoint ou un ex-conjoint. Depuis longtemps, le viol est considéré en France comme un crime. Le viol conjugal faisait exception. Le mari avait le droit d’avoir des rapports sexuels avec sa femme, y compris contre la volonté de cette dernière et par la force. Depuis la loi du 4 avril 2006, le code pénal reconnaît le viol entre conjoints comme un viol aggravé. Pourtant, les victimes portent rarement plainte et lorsqu’elles le font, les affaires sont souvent jugées, non pas en cour d’assises comme tous les crimes, mais au tribunal correctionnel. Le viol conjugal est occulté par son invisibilité, lorsqu’il a lieu entre les murs d’un domicile commun. Comme les autres violences sexuelles, il laisse peu de traces visibles : ni bleu, ni plaie. Le viol conjugal, crime du quotidien, est à l’opposé du fait divers.
Peu propice aux raccourcis accrocheurs, le sujet est éclairé par les contributions d’un collectif multidisciplinaire associant médecins, psychologues, sociologues et juristes. Ce livre montre l’urgence d’un infléchissement des pratiques judiciaires.

Me ISABELLE STEYER
35, rue Etienne Marcel - 75001 Paris
tèl. 01 53 40 91 91   /    mob. 06 14 37 13 45
isabellesteyer.avocat@orange.fr

Mentions légales

Accès
Métro : Etienne Marcel
RER : Châtelet-les-halles